Equipe de recherche

 Emmanuelle Faure  est maitresse de conférences en géographie de la santé à l’Université Paris Est Créteil et au Lab’URBA, ainsi que chercheuse associée au Ladyss – UMR 7533. Ses travaux portent sur les processus de constructions sociales et territoriales des inégalités de santé, ainsi que sur l’intégration des questions de genre dans cette analyse. Cette analyse intègre les représentations et les pratiques des habitant.es, décideur.es, d’acteurs et d’actrices du champ sanitaire et de la construction/aménagement de la ville. Elle mobilise dans l’ensemble de ses travaux des approches mixtes et comparatives. Enfin, appliqué à des terrains et sujet variés, le même intérêt pour le dialogue et la co-construction des savoirs entre universitaires, société civile et décideur.es anime les travaux d’Emmanuelle. Elle fut, avec Corinne Luxembourg, codirectrice du projet de recherche-action participatif « La ville côté femmes » (2014 à 2020). Ce projet s’est intéressé au rôle du genre dans les pratiques et la fabrique de la ville à Gennevilliers (92). Il associa des chercheur.es en sciences sociales, à des habitant.es, des artistes, des professionnel.les et des décideur.es locaux. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches sur l’analyse des inégalités de santé en ville au travers des déterminants du cadre de vie et des politiques publiques d’aménagement urbain (espaces verts, mobilités actives). Elle est par exemple impliquée dans un projet de cherche sur les effets de la crise sanitaire (Covid 19) sur les politiques et pratiques cyclables en Ile-de-France financé par l’INSHS (projet MAMA : Monde d’Avant Monde d’Après, 2021-2023), et coordonne, avec Corinne Luxembourg et Nicolas Lebrun, le projet de recherche-action participatif CABaS (Care et cAdre de vie en BAnlieueS) initié en 2022.

emmanuelle.faure@u-pec.fr

https://www.laburba.com/membres/emmanuelle-faure/

https://www.linkedin.com/in/emmanuelle-faure-11105578/

Eugénie Le Bigot est docteure en géographie, chercheuse associée au laboratoire ESO-Caen (UMR CNRS 6590) et chargée de cours à l’université de Falmouth en Angleterre. Elle a soutenu sa thèse intitulée « Pratiques de femmes dans les espaces publics : représentations, stratégies corporelles et inégalités sociales. Une comparaison entre Caen, Rouen et Portsmouth » le 2 décembre 2022. Elle mobilise dans ses travaux les méthodes mixtes (entretiens, marches exploratoires comparatives, comptages, cartes participatives) et notamment les Systèmes d’Information Géographique (SIG) comme outil pour une géographie féministe. Ses travaux se concentrent sur une approche géographique du corps et renvoient à une volonté d’intégration des représentations et des vécus genrés dans la réflexion et la construction de l’aménagement urbain. Elle travaille également depuis 2022 sur la thématique du tourisme durable, et notamment des transformations urbaines et sociales liées au tourisme. Elle participe au projet de recherche-action participatif CABaS (Care et cAdre de vie en BAnlieueS) initié en 2022, coordonné par Corinne Luxembourg, Emmanuelle Faure et Nicolas Lebrun.

Nicolas Lebrun est géographe, Maitre de Conférences HDR à l’Université d’Artois, chercheur au laboratoire Discontinuités (UR 2468), chercheur associé au laboratoire Habiter le Monde (UR4287) et membre du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) « Habitat Solidaire et Durable ». Ses principaux thèmes de recherche concernent les fonctions urbaines, et principalement la fonction commerciale, en situation de centralité ou de discontinuité (intra-urbaine ou frontalière). Il a notamment dirigé l’ouvrage Commerce et discontinuités (aux éditions Artois Presses Université), un numéro thématique de la Revue Géographique de l’Est sur « Fonctions urbaines et respiration patrimoniale de la ville » et un numéro de la revue Territoire en mouvement sur « Activités marchandes et pratiques de la frontière ». Il a soutenu, à l’Université Paris 8, le 27 janvier 2023, une Habilitation à Diriger des Recherches sur le sujet « Réinterroger la centralité marchande. Pôle, territoires, discontinuités et réseaux au service de la centralité ». Il est le directeur de la revue GéoProximitéS (GPS). Il coordonne, avec Emmanuelle Faure et Corinne Luxembourg le projet de recherche-action participatif CABaS (Care et cAdre de vie en BAnlieueS) initié en 2022. Page personnelle

Corinne Luxembourg : est géographe, professeuse à l’Université Sorbonne Paris Nord, chercheuse au laboratoire Pléiade (UR 7338). Après avoir travaillé sur les villes moyennes industrielles et le patrimoine de production, elle a coordonné de 2014 à 2020 le programme de recherche-action participative « La ville côté femmes » développant une analyse genrée des espaces publics urbains. Dans ce cadre, elle a coordonné un numéro spécial de la revue Géocarrefour intitulé Genre et politiques urbaines (février 2017) et codirigé les ouvrages La ville : quel genre ? et Les sens de la ville (2017 et 2020 aux éditions Le Temps des Cerises). En 2019 elle soutient son mémoire d’habilitation à diriger des recherches : Habiter aux intersections, travaillant la question spatiale de l’intersectionnalité des rapports sociaux. Elle aborde aujourd’hui le care comme dimension spatiale en écho à la Relation (Glissant). Elle travaille lors de programmes de recherche-action régulièrement des artistes du spectacle vivant, notamment avec la compagnie d’arts de rue La Commune Mesure. Elle cofondatrice de la revue GéoProximitéS (GPS) et en assure le secrétariat éditorial depuis 2022. Elle coordonne, avec Emmanuelle Faure et Nicolas Lebrun le projet de recherche-action participatif CABaS (Care et cAdre de vie en BAnlieueS) initié en 2022. Son CV.

Alice El Khebir est étudiante en Master 2 Territoires, Villes et Santé (TVS) à l’UPEC et Université Paris Nanterre. Elle réalise son stage au sein de la Direction Municipale de la Santé et de la Prévention de la Ville de Gennevilliers et en particulier au sein du service prévention et de l’Observatoire Local de Santé créé avec la 3ème édition du Contrat Local de Santé. L’objectif de son stage est de réaliser un diagnostic local de la santé des femmes sur la ville en réalisant en état des lieux de la santé et en analysant les déterminants de la santé de cette population. Pour cela, elle s’intéresse en particulier à la période de la mi-vie (40 – 64 ans) qui est une période moins investie dans les études de santé, sur les femmes en particulier. Une méthodologie mixte sera mise en place avec de l’analyse de données pour réaliser l’état des lieux de la santé de cette population, la passation d’un questionnaire sur des quartiers en particulier pour interroger certains déterminants spécifiques et la réalisation d’entretiens pour interroger le parcours de vie de quelques femmes.

Bachir Ali est étudiant en Master 2 GAED parcours Territoires, Villes et Santé à l’Université Paris-Est Créteil et Université Paris Nanterre. Il réalise son stage au sein de la Direction Municipale de la Santé et de la Prévention de la Ville de Gennevilliers et en particulier au sein du service prévention et de l’Observatoire Local de Santé créé avec la 3ème édition du Contrat Local de Santé. L’objectif de son stage est de réaliser un diagnostic local sur les déterminants environnementaux de l’obésité infantile au sein des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) de Luth-Fossé de l’Aumône et des Agnettes. Pour cela, une méthodologie sera mise en place pour réaliser l’état de santé, c’est-à-dire l’état de l’obésité infantile sur le territoire. Ensuite, l’étude s’attellera sur les différents déterminants en lien avec les comportements de santé et mode de vie des enfants favorisant ou non l’obésité infantile. Puis, la réalisation d’un indicateur synthétique environnementale qui permettra d’obtenir une typologie des différents quartiers, des quartiers les plus favorables à l’obésité de ceux qui le sont moins.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search